Achat immobilier : où investir ?

spécialiste de la colocation

L'immobilier où investir

Achat immobilier : où investir ?

Le choix de la ville où investir est crucial. Il y va de la fructification de l’investissement. Paris et Toulouse se retrouvent surtout dans le viseur des acquéreurs.

Investir à Toulouse : toujours abordable

Selon les notaires, Toulouse s’avère être une ville très abordable en terme d’immobilier où il faut investir. Ce qualificatif se trouve vérifié dans tous les secteurs. Le marché de l’ancien de cette ville affiche par exemple des prix médians avoisinant les 2 520 euros par m2, soit une hausse d’à peine 1,5 % en 12 mois. Cet aspect abordable a d’ailleurs valu au marché de l’ancien une hausse de 15 % par rapport à l’année 2014. Dans le neuf, la moyenne est à situer aux alentours de 3 421 euros le m2. Ce chiffre dénote une stabilité du marché. On peut aussi lui attribuer une hausse de 43 % par rapport à la même période (premier semestre) en 2014. Enfin, il suffit de viser des plateformes fiables pour y investir en LMNP en partenariat avec Odalys par exemple. Ce 2e gestionnaire de France étant le garant d’un investissement sûr.

Faut-il toujours investir à Paris ?

Paris reste une référence en matière d’investissement immobilier à l’échelle européenne. La Ville Lumière occupe en effet la seconde marche du podium en termes de ville européenne où il fait bon investir. La première place étant attribuée à Londres, et la troisième à Istanbul. Paris revendique ainsi une bonne perspective de croissance économique, un marché de l’emploi relativement satisfaisant, une croissance démographique raisonnable, ainsi qu’une taille de marchés profitable.

Les petites villes sont-elles intéressantes ?

Les adeptes de la stratégie d’investissement immobilier qui consiste à « aller à contre-courant » trouveront leur compte dans les petites villes. En effet, une grande majorité des acquéreurs potentiels n’ont d’yeux que pour les grandes villes, les qualifiant entre autres de valeurs sûres. Cette tendance s’avère par la suite être profitable pour les petites villes. Le marché immobilier y est plus laborieux. Certains acquéreurs en profitent pour mieux négocier les prix.

 

 

 

Commentaires : 14

  1. Charles dit :

    Bonsoir, les marchés des grandes villes (Top 10 Français en taille et nombre d’habitant) sont des marchés matures dans lesquels les bonnes affaires nécessitent un réseau important pour être le premier sur l’affaire. Pour ma part je mise plutôt sur les villes de tailles moyenne (< à 200000 Habitants), où le nombre de bonnes affaires et relativement important et où le potentiel ne demande qu'à s'exprimer 😉

    • William MEYER dit :

      Je suis d’accord Charles. Ces villes de moins de 200000 habitants (ce qui est déjà pas mal en terme de demande locative) amène des rentabilités plus importantes que dans les plus grandes villes.

  2. Eric dit :

    Personnellement, j’investis dans les 2, grandes et petites villes. C’est vrai que chez moi, à Strasbourg, il y a une forte concurrence. Par contre dans les petites villes environnantes, il est plus facile de négocier et on trouve souvent de bonnes affaires.
    Un critère important dans le cas des petites villes est l’accès aux transports. Ce que je préfère par dessus tout, ce sont les petites villes étudiantes (ça existe). C’est là que j’ai fait mes meilleures affaires.

    • William MEYER dit :

      SAlut Eric,

      Je partage à 1000 % une petite ville proche d’une fac ou de grandes écoles additionnent prix bas, fortes demandes locatives et un niveau de loyer élevé. La recette du succès quoi…

  3. Sebastien dit :

    Merci pour cet éclairage William.
    Il y a toutefois des grandes métropoles qui sont en pleine mutation et offre aussi de très bonnes affaires à saisir. Marseille, 2ème ville de France, en est un très bon exemple. Son image joue contre son attractivité pour l’instant (vu de Paris c’est un ghetto) ce qui fait le bonheur des investisseurs du moment 🙂

    • William MEYER dit :

      Je suis parfaitement d’accord Sébastien, Marseille est une mine d’or. Je pense que c’est la seule grande ville qui peut prétendre à de telles rentabilités.

  4. Je suis très surpris de voir Istanbul se classer en 3ème position ! Sinon il est clair que Paris relève plus du placement sûr que de l’investissement vraiment rentable…

    • William MEYER dit :

      Effectivement Raphaël, les investisseurs parient davantage sur une plus-value à la revente que sur une rentabilité élevée

  5. Hey William,

    Quel article riche de conseils de réflexion et d’orientation pour savoir où investir !

  6. Vincent dit :

    Merci pour cet article, c’est vrai que les petites villes peuvent aussi avoir de l’intérêt, c’est bien de le rappeler.

  7. Marie dit :

    Personnellement je préfère les villes que je connais bien et les petites villes permettent de faire le meilleur rendement’ non? Je vis dans la région parisienne et sur Paris le rendement me semble plus bas que que dans une petite ville de banlieue.

    • William MEYER dit :

      Bonjour Marie,

      Je suis d’accord avec toi sur toute la ligne. Je trouve également qu’il est préférable d’investir dans les villes que l’on connait, ça évite bien des risques. Notamment d’acheter trop cher et aussi d’acheter dans un quartier ou il est difficile de louer ou de revendre.

      Je partage également ton avis, les rentabilité dans les plus petites villes sont meilleures. Ceci s’explique par le fait que la demande est moindre, en terme d’achat je parle, et donc les prix d’achat plus bas. A contrario il n’y a pas une très grande différence de loyer entre une grande et une petite ville. Excepté Paris évidemment. Ce qui procure mécaniquement une rentabilité meilleure.

Ajoutez votre commentaire